Les Pensées de Pascal

« Personne ne parle de nous en notre présence comme il en parle en notre absence. L'union qui est entre les hommes n'est fondée que sur cette mutuelle tromperie ; et peu d'amitiés subsisteraient, si chacun savait ce que son ami dit de lui lorsqu'il n'y est pas, quoiqu'il en parle alors sincèrement et sans passion »
Soumission et usage de la raison, (Fragment 743, Sellier)

 

 

Anonyme d'après François Quesnel (1637 - 1699)
Blaise Pascal
XVIIe siècle, huile sur toile
Inv. 999.3.1
Collection MARQ Clermont-Ferrand

Au fragment 37 de ses Pensées, Blaise Pascal affirme « Quelle vanité que la peinture qui attire l'admiration pour la ressemblance des choses dont on n'admire point les originaux ! ». Cette défiance explique certainement l'absence de portrait exécuté de son vivant.

Selon la tradition, après la mort de Pascal et à la demande de sa sœur Gilberte, François Quesnel (1637-1699) réalisa un portrait du philosophe d’après son masque mortuaire. Ce premier portrait restitue fidèlement la physionomie de Pascal avec un  front large et bombé, un nez aquilin et des lèvres assez charnues. Par la suite, la plupart des effigies du grand homme font directement référence au modèle de Quesnel en reprenant ces caractéristiques physiques, faisant ainsi de Blaise Pascal un personnage facilement identifiable.

Nous utilisons des cookies afin de vous proposer une meilleure navigation dans le site.
J'accepte Je refuse