Les Pensées de Pascal

"Que chacun examine ses pensées, il les trouvera toutes occupées au passé et à l'avenir. Nous ne pensons presque point au présent ; et, nous y pensons, ce n'est que pour en prendre la lumière pour disposer de l'avenir. Le présent n'est jamais notre fin : le passé et le présent sont nos moyens ; le seul avenir est notre fin. Ainsi nous ne vivons jamais, mais nous espérons de vivre ; et, nous disposant toujours à être heureux, il est inévitables que nous ne le soyons jamais."  Vanité, (Fragment 80, Sellier)

Machine arithmétique de Marguerite Périer
Machine arithmétique de Marguerite Périer (Muséum Henri-Lecoq)

 

Pascal fait partie des grands mathématiciens du XVIIe siècle avec Descartes, Fermat, Desargues et Roberval. Il applique le triangle arithmétique, à « la géométrie du hasard », ancêtre des probabilités. Il défie publiquement les géomètres européens de résoudre les problèmes qu’il leur propose sur la « roulette ». Il invente le calcul mécanique en mettant au point la première machine arithmétique capable d'effectuer un calcul avec report automatique de la retenue. Il compose aussi sur un Traité des Coniques, ouvrage publié en 1640 aujourd'hui perdu.

Nous utilisons des cookies afin de vous proposer une meilleure navigation dans le site.