Les Pensées de Pascal

« La vraie éloquence se moque de l’éloquence. La vraie morale se moque de la morale, c’est‑à‑dire que la morale du jugement se moque de la morale de l’esprit qui est sans règles.
Car le jugement est celui à qui appartient le sentiment, comme les sciences appartiennent à l’esprit. La finesse est la part du jugement, la géométrie est celle de l’esprit.
Se moquer de la philosophie c’est vraiment philosopher. »
Mélanges, (Fragment 671, Sellier)

Blaise Pascal œuvre dans de multiples domaines : sciences mathématiques avec l'invention de la machine à calculer, le triangle arithmétique, le calcul des partis, ancêtre de nos probabilités, qu’il appelle « géométrie du hasard », la cycloïde, l’Essai pour les coniques, dans les sciences physiques avec la découverte de la pression atmosphérique. En homme d'action, Pascal met en œuvre des projets comme la création des carrosses à 5 sols dans Paris, la machine à calculer ou participe à l'assèchement des marais en Poitou. Il défend le christianisme dans Les Pensées et Les Provinciales… Il s'intéresse à la politique dans ses Discours sur la condition des grands, et à la philosophie dans De l'esprit géométrique.

Statue de Blaise Pascal au square à Clermont-Ferrand
Clermont-Ferrand Blaise Pascal (Cote : 561 Fi 1919, Archives Départementales Puy-de-Dôme)
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer une meilleure navigation dans le site.
J'accepte Je refuse